Le Fantôme de Baker Street

Couverture du « Fantôme de Baker Street »Un esprit hanterait-il le salon du 221 Baker Street  ? Motivée par un funeste pressentiment, lady Conan Doyle, la veuve de l’écrivain, sollicite l’aide de deux détectives débutants, Andrew Singleton et James Trelawney. Et quand ils comprennent que les meurtres à la une des journaux imitent ceux commis par Jack l’Éventreur, Dracula, Mr Hyde et Dorian Gray, nos jeunes enquêteurs sont entraînés dans une aventure qu’ils ne sont pas près d’oublier.

 

Lire un extrait
Acheter ce livre
Acheter la version numérique

« Conan Doyle’s Return » : la photo qui a inspiré Le Fantôme de Baker Street

La médium Mary Marshall
La médium Mary Marshall (à gauche) lors de la séance du 27 juin 1932 à Winnipeg

À l’occasion d’une série de séances psychiques organisées par le Dr Hamilton à son domicile de Winnipeg au printemps 1932, l’esprit d’Arthur Conan Doyle aurait tenté d’entrer en communication avec le groupe. En particulier, lors d’une ultime séance organisée le 27 juin, le Dr Hamilton a réussi à photographier le visage de l’écrivain britannique, souriant et serein, dans une coulée d’ectoplasme s’échappant du nez de la médium Mary Marshall.

Selon le Dr Hamilton, c’est avant tout la détermination très forte des guides psychiques Walter et Katie qui a permis, lors de cette désormais célèbre séance du 27 juin, l’obtention du téléplasme réussi de sir Arthur Conan Doyle.

La photo baptisée « Conan Doyle's Return » : le visage moustachu de l'écrivain apparaît dans la coulée d'ectoplasme, en dessous du nez du médium
La photo baptisée « Conan Doyle’s Return » : le visage moustachu de l’écrivain apparaît dans la coulée d’ectoplasme, en dessous du nez du médium

Sur la plaque photographique, on aperçoit parfaitement une grande masse vaporeuse s’écoulant du nez du médium vers le bas de la bouche, sur une distance d’environ douze pouces. La partie directement située autour du visage à moustache est relativement épaisse et amorphe, alors que les parties inférieures sont très minces, laissant deviner une structure en réseaux.

Avant la prise de vue, l’esprit-guide avait prédit que l’on apercevrait, entre autres choses, « une dame ». C’est une référence évidente à l’une des quatre figures apparue sur la plaque. Parmi elles, le visage situé dans la partie supérieure du plasme — l’homme moustachu — est indéniablement celui d’Arthur Conan Doyle. Mais à qui appartient ce profil de « dame », vraisemblablement un dessin aux traits, dont Walter a fait mention ? Et le petit visage boursouflé (le Dr Hamilton affirme y reconnaître le détail d’une photographie du prédicateur C. H. Spurgeon prise dans ses jeunes années) ? Et la tête de mort ?

Plan du quartier de Marylebone

Concernant la signification de ce qui ressemble fort à une allégorie imagée, voici l’explication qu’en donne le Dr Hamilton : à gauche, le profil de jeune femme représenterait l’humanité non mûre qui regarde le crâne, à droite, symbole de la mort. Au centre, le prédicateur incarnerait la source de sustentation spirituelle. Dans la partie supérieure, le visage de Doyle, souriant, nous informerait de la validité de son enseignement sur la réalité d’une vie après la mort et manifesterait sa joie d’éclairer le monde de cette grande vérité.

Traduction en anglais chez Gallic Books :

The Baker Street PhantomLe Fantôme de Baker Street a été traduit en anglais chez Gallic Books en 2010. L’édition anglaise existe également dans différents formats numériques (Kindle, ePub…). Lors de la sortie du roman en librairie, une campagne de publicité avait été organisée dans le métro londonien (à ce sujet, lire mon billet sur le blog).

Édition 2 en 1 chez 12/21

« Le Fantôme de Baker Street » suivi de « Les Portes Du Sommeil »Depuis mars 2015 les titres Le Fantôme de Baker Street et Les Portes du sommeil font fait l’objet d’une édition numérique en un seul volume dans la collection «  2 en 1  » (format ePub).

Promenade théâtrale autour du Fantôme de Baker Street (théâtre de rue)

Actualite48200672
Le samedi 6 octobre 2012, dans le cadre du festival Lire en Poche, la Compagnie Paradoxales a mis en scène et interprété dans le centre ville de Gradignan, à partir de 9 h 00 et jusqu’à midi, des extraits du Fantôme de Baker Street.
3 lieux, 3 passages par lieu :
– Face au 127, cours du Général-de-Gaulle : 9h00 – 10h00 – 11h00 ;
– Parvis de l’église Saint-Pierre, près du comptoir Lire en Poche et du BIJ  :  9h15 – 10h15 – 11h15 ;
– Face au 161-163, cours du Général-de-Gaulle  : 9h35 – 10h35 – 11h35.

EnregistrerEnregistrer